Remplacement de courte durée: succès ou non?

Publié le par gabrielle

Conformément au décret du 26 août 2005, chaque établissement doit organiser le remplacement des professeurs absents pour une courte durée (inférieure à 15 jours), selon un protocole dont tout EPLE devait  se munir pour le 1er janvier 2006 au plus tard. Les heures de remplacement effectuées à ce titre sont rémunérées à un taux majoré de 25%.


Quel bilan tirer après quelques mois de ce fonctionnement?

Gilles de Robien s'est félicité début juillet: "Au terme d’une première année d’application du décret du 26 août 2005, on constate les effets positifs de cette réforme :
- des protocoles ont été mis au point et formalisés dans 95 % des établissements scolaires du second degré ;
- un million d’heures de cours ont été assurées au titre du remplacement des absences prévisibles de courte durée, soit deux fois plus que l’année scolaire précédente.
" http://www.education.gouv.fr/actu/element.php?itemID=200675822


L'AFP a répercuté l'info le 21 juillet: "L'effort de remplacement des enseignants absents moins de 15 jours a doublé en un an, atteignant un taux de 50% de remplacement dans les collèges et lycées pour l'année scolaire 2005-2006." Un bilan devra être présenté. lors du premier CA de la rentrée prochaine.


Le même jour, le Figaro livre une approche quelque peu différente: il parle même de "sévères ratés". En effet, l'agence AEF (Agence Education Formation) révèle que les inspections de l'Éducation nationale et administration de l'Éducation nationale et de la Recherche ont enquêté dans 298 EPLE durant l'année 2005-2006.

Leurs conclusions sont cruelles:  des protocoles manquent toujours à l'appel et quand ils existent, les inspecteurs n'hésitent pas à en  qualifier certains de «franchement mauvais» voire d'«indigents»: rien que ça.

Ils relèvent aussi, avec perplexité que  «rares sont les établissements qui ont été en mesure de présenter une liste des enseignants dont ils connaissaient l'absence avec le motif, la discipline et le nombre d'heures perdues.»

Concernant les 50% de remplacements assurés, les inspecteurs demandent qu'on interprète  les chiffres avec prudence et donnent  l'exemple d'une cité scolaire  affichant un taux de remplacement à 100%... pour  deux heures d'absence annoncées!

On peut lire un rapport de 1998, le rapport Bloch, qui abordait déjà cette thématique: http://www.education.gouv.fr/rapport/bloch.htm

Publié dans Loi Fillon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article