La pub revient

Publié le par Gabrielle

Le député Jean-Pierre Masseret s'inquiétait en septembre 2005, à juste titre!, de la distribution, dans le cadre d'une action de sensibilisation aux dangers d'Internet, de tapis de souris à des élèves dans les écoles: sur le tapis figuraient des logos de sponsors (téléphonie mobile, télévision, alimentation). Distribués par le MEN, ces tapis posent évidemment problème!
Le député rappelle que "Les circulaires du 8 novembre 1963, n° II-67-290 du 3 juillet 1967 et n° 76-440 du 10 décembre 1976 relatives à l'interdiction des pratiques commerciales dans les établissements publics d'enseignement (RLR. 552-6), rappelées par la circulaire n° 2001-053 du 28 mars 2001, demandent en effet aux personnels de l'éducation nationale de proscrire les campagnes publicitaires conduites dans les établissements scolaires. Elles rappellent que les maîtres et les élèves ne peuvent, en aucun cas, servir directement ou indirectement à quelque publicité commerciale que ce soit."

La réponse du ministère s'est fait un peu attendre:

"Dans le respect du principe de neutralité commerciale du service public de l'éducation, les maîtres et les élèves ne peuvent servir directement ou indirectement à quelque publicité commerciale que ce soit. Cependant, comme le rappelle la circulaire n° 2001-053 du 28 mars 2001 relative au partenariat avec le monde professionnel, il peut être admis exceptionnellement que des entreprises partenaires d'un projet dont le caractère pédagogique a été reconnu puissent faire apparaître discrètement leur marque sur les documents remis aux élèves afin de signaler leur intervention comme partenaires. Ainsi, dans le cadre du vaste plan d'ensemble mis en place par l'éducation nationale, en concertation avec les autres administrations, et destiné à renforcer la protection des mineurs sur Internet, la Fédération européenne pour enfants disparus et sexuellement exploités a lancé une campagne nationale de sensibilisation sur ce thème dans les écoles primaires en partenariat avec de nombreuses entreprises. C'est à ce titre que les sigles de ces entreprises partenaires apparaissent discrètement sur le matériel remis aux élèves."

Dans cette ambiance, ai-je le droit de dire "la messe est dite"?

Publié dans citoyenneté

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article